17 août 2008

Les Classiques

Bague_BAO3.
.
.
.
Chevalières Ô

Elégantes et discrètes chevalières en
argent massif fusionné et martelé, aspect pierre.
Anneau laiton fixe.

Posté par marc_sainteul à 19:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 novembre 2008

Chevalières Corpus

Bague_CD01.
.
.
.
Peut être la plus subtilement symbolique de mes créations. Une fente d’argent ouverte sur un cœur de bronze. Sobrement sensuelle, chaque chevalière bien qu’issue d’une même esquisse est unique. Elles ont chacune leur caractère Un caractère né sous le marteau qui les a forgé.

Argent massif et bronze
Deux confections :
Fine et légère, Féminine,
massive et puissante, masculine.

.
.
.
Steph_01

Vous possédez un bijou ou un marquage au fer " Corpus Delicti " ?
Envoyez-nous une photo !

Posté par marc_sainteul à 21:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 décembre 2008

Les Griffes de Corpus Delicti

.Griffe_Corpus_Delicti_01
.
.
Un bijou qui a du chien, voir même de la panthère.
Convient à une Maîtresse femme. Son aspect agressif est très dissuasif et sa griffure découragera toute tentative de manque de respect à sa propriétaire.
Très solide, elle peut également séduire comme bague de défense efficace.
Ne convient pas aux distraites, sous peine de voir les choses se déchirer autour d’elle. Ne pas porter la nuit pour ne pas lacérer l’oreiller ou son partenaire.

Fer forgé patiné
Argent massif
Bronze
.

.

Griffe_Corpus_Delicti_02

Posté par marc_sainteul à 21:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

07 décembre 2008

Chevalières Ô, Piercing

Bague_CD03_Piercing.
.
Cette bague reprend la délicate forme féminine de la Chevalière Corpus et s’enrichit d’un anneau de piercing des plus éloquent. Un anneau libre qui peut être en bronze, or ou fer patiné.

Argent massif
Bronze
Bronze, or ou fer

Posté par marc_sainteul à 18:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

22 décembre 2008

Bagues Fanny

Bague_Fanny.
Laisser entrevoir aux yeux initiés la symbolique de l’anneau de fer et une discrétion de bon aloi qui permet de porter cette bague en toutes les circonstances !
C’est à la demande d’une femme au frémissant accent néerlandais que j’ai essayé de concilier ces deux impératifs. Ainsi est née la gamme qui porte son nom. Simple, discrète, et pourtant si signifiante.
Malgré sa simplicité son dessin permet de nombreuses variations et personnalisations.

Argent massif
Bronze

Posté par marc_sainteul à 08:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


13 avril 2009

Les Griffes de Corpus Delicti

Griffe_Corpus_Delicti_03.
Un franc succès pour ces bagues de défense qui m’a amené à les décliner en d’autres matières, ornementées de gravures.

Panthère noire ou Tigresse blanche…
Qui s'y frotte s'y pique !

Argent massif
Bronze
Ivoire de Phacochère
Ebène

Posté par marc_sainteul à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2009

Bagues Ô

Bague_O_Corpus_Delicti.
.
.
La bague d’Ô, une bague incontournable de la sensibilité D/s. Un bijou sorti de l’ombre et mis en lumière par les écrits de Dominique Aury (Pauline Réage) Cette bague est certainement l’allégorie la plus symbolique aux yeux des initiés.
Initialement en acier je vous le propose ici en argent massif et anneau libre en bronze.

Un Ô parfait pour un lien parfait
Un anneau double pour créer le lien le plus subtil qui puisse exister entre deux êtres miroirs.Deux âmes jumelles en communion, unies dans un même don de soi.
Steph_Emm_042

Posté par marc_sainteul à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2009

Digital Major

DdM01.
.
Le doigt du Maître.
Ornement du doigt qui ne marque pas le chemin, mais entrouvre bien des portes. Une bague au design résolument contemporain qui se porte, vous l’aurez compris, au majeur. Un bijou Goréen par excellence mais qui peut aussi se décliner au féminin pour les Dames

Argent massif
Bronze

Posté par marc_sainteul à 13:13 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

03 mai 2011

Ô Kinbaku

Kinbaku.
.
Une Bague Ô mise au goût du shibari, technique orientale très attachante qui prend sa source dans l’esprit tortueux de nos amis Japonais. Une pratique ancestrale que je me suis appropriée et qui me permet de vous proposer une création qui sort droit de mes recherches esthétiques sur le "Celtic-Kinbaku"
Ci contre photo de la série "Chambre Noire" sur
 Shimenawa Spirit ©

Kinbaku02Trois modèles Ô Kinbaku en argent fin tressé Anneau or ou bronze
Anneau libre (tressage 4 brins)
Anneau captif (tressage 3 ou 4 brins)
Anneau et pierre (Tressage 4 brins, Zircon)

.
.

Kinbaku03
Un anneau d’or ou de bronze captif d’un délicat entrelacs d’argent
léger à porter, mais lourd de sens.
Car tous les liens ne sont pas de corde.

Posté par marc_sainteul à 20:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 octobre 2014

Histoire de Bague d'O

"Quand vous sortirez d’ici,
vous porterez un anneau de fer à l’annulaire, qui vous fera reconnaître."

S’il est un bijou mythique aussi bien dans la sphère D/s que vanille c’est bien la bague d’O. Mais qu’en est-il exactement de son apparence ?
La bague la plus couramment associée à l’univers d’Histoire d’O est une bague portant un anneau au nom de "Bague d’O". Une appellation et une bague qui est si répandue qu’elle en est devenue commune, car même des personnes hors du champ  D/s la portent pour son esthétique très Gothique. Pourtant nous allons voir qu’elle n’a vraiment rien à voir avec la bague décrite par Pauline Réage (Dominique Aury) Dans son roman.
Cela faisait longtemps que je voulais m’attacher à cette reconstitution. En faire un exercice de style en quelque sorte. Une réalisation toujours repoussée par manque de temps et peu être aussi par appréhension de m’attaquer à une sorte de mythe sacré: Car suivre O dans son périple est une expérience initiatique hors du commun.  L’occasion m’en a été donnée par le Commandeur des Maîtres de Sion; le plus beau donjon qu’il m’a été donné de fréquenter et certainement le plus secret aussi. Ce qui va suivre est le résultat d’une discussion passionnée au coin du feu, une édition reliée de cuir et de fer d’Histoire d’O posé grand ouvert sur la table basse, comme une bible. Car la première des choses à été de se lancer dans une petite analyse de texte.

 

Bague O forge

Contrairement à la bague à anneau, l'anneau de fer est porté aussi bien par un homme ou une femme, par un Maître ou une soumise. Ce n’est pas une bague de soumission… C’est un signe de reconnaissance.

"…vous aurez appris à ce moment-là à obéir à ceux qui porteront ce même signe."
Un signe discret mais puissant.
"… la bague que vous portez me donne le droit de disposer de vous, comme elle le donne à tous ceux qui, en connaissent le sens."

L’anneau se porte à l’annulaire il ne doit donc pas être d’une taille trop imposante. De plus il est décrit comme étant en fer, une matière très rarement utilisée en bijouterie. C’est pourtant bien le fer qu’il faudra utiliser. Ce matériau  est plutôt agréable à travailler, un peu moins facile a mettre en forme que l’argent ou l’or, il nécessite simplement un peu plus d’effort. Et surtout, au contraire des métaux nobles de la bijouterie, il se travaille à chaud. L’occasion pour moi de me confronter à la ferronnerie. Le feu me prête alors main forte et la naissance de l’anneau se fait dans le feu et la violence des coups de forge. Peu à peu les barres de fer s’arrondissent et le corps de bague prend forme.

 

Bague O forge 2"Elle était lourde à sa main, et l’or brillait comme à la dérobée dans le gris mat du fer poli. Pourquoi le fer, pourquoi l’or,…"

Le fer a, depuis sa découverte, été utilisé essentiellement pour la confection des armes. C’est un métal lié à Mars, dieu de la guerre, à la brutalité, à l’ombre des savoirs cachés. C’est aussi le métal qui subit le plus de transformation par son oxydation, Il faut constamment le polir, l’entretenir, le dresser, pour qu’il garde son poli au contraire de l’or inaltérable et symbole de pureté et de fidélité.

 

"...comme le chaton d’une chevalière mais renflé, portait en nielles d’or le dessin d’une sorte de roue à trois branches, qui chacune se refermait en spirale, semblable à la roue solaire des Celtes."

Nous entrons ici dans le vif du débat avec le Commandeur. Le symbole est décrit à trois branches "semblable à la roue solaire celte" (qui elle en a quatre). Il s’agit donc bien d’un triskèle (triskel). Le triskèle est un des symboles de la panoplie ésotérique celte. Le sens de rotation est important.
On s’accorde à penser que dans le sens des aiguilles d’une montre, il représente la trinité ou triade celte, une harmonie  très présente dans la culture celtique.
Dans le sens inverse, il est synonyme d’interdiction, de conflit. Il marque une interdiction d’entrer sur un territoire.
Aucune indication n’est donnée dans les lignes d’Histoire d’O quant au sens de rotation du symbole.
C’est le sens de marquage du territoire qui va retenir notre attention plus que l’interdiction tout en aillant conscience que le Triskèle inversé est un symbole fort du D/s.

Bague O triskele.

.

.

Une fois la décision arrêtée pour le symbole, il faut passer à la réalisation conformément à la description.
Le nielle est une technique de décoration bien particulière, il consiste à graver le métal et remplir les sillons de la gravure avec un émail sombre ou un autre métal d’une autre couleur. Comme il est décrit, ici cela sera de l’or.
La gravure est réalisée à l’acide nitrique et le sillon ainsi profondément gravé est bourré d’un mélange de poudre d’or et de sels de notre composition. De nouveau la bague de fer va subir l’épreuve du feu. A haute température l’or va se liquéfier et couler, remplissant ainsi parfaitement le sillon du Triskèle.

 

.

.

Bague O nielle


"C’étaient de curieuses bagues de fer, intérieurement cerclées d’or, …"

Le fer pur a une fâcheuse tendance à s’oxyder très facilement surtout en contact de la peau ou il laissera une marque sombre et inesthétique.
En bijouterie lorsque cela risque de se produire on éloigne de la peau la pièce avec un bâté ou plus particulièrement pour une bague grâce à une douille, exactement décrite par la romancière. La douille est entrée en force dans l'anneau interieur du corps de bague, s'y ajustant exactement.
Et cette douille sera en or.

.

 

Bague O Fer et Or.

.

.

.

.

Le résultat est une bague d’une étonnante modernité, une ligne sobre et d’une grande élégance. Comme il se doit pour un signe de reconnaissance l’or rehausse discrètement et sans ostentation le triskèle noyé dans le mystérieux éclat métallique du fer.

"... la dernière chose qu’elle vit avant que l’ombre n’effaçât tout, fut l’éclat sombre de sa bague de fer."

Il ne reste plus qu’a numéroter cette série exceptionnelle et y ajouter ce qui fera d’elles des pièces uniques.

 

 

 

"Il la pria ensuite de choisir, parmi des bagues toutes semblables qu’il lui présentait
dans un petit coffret de bois, celle qui irait à son annulaire gauche."

Bague O Collection

 

"Pourquoi ? dit O,
et quelle marque, et quels fers ?
Je porte déjà cet anneau…"

 

 

Posté par marc_sainteul à 19:05 - - Commentaires [10] - Permalien [#]